Les bocaux reviennent en force ! Que ce soit sur Instagram, Pinterest, YouTube, on ne peut pas les rater. Ils répondent à la fois à l’esthétique minimaliste très en vogue ces dernières années et à nos envies de réduire nos déchets à la cuisine. Les maniaques de l’organisation sont eux aussi accros ainsi que les bricoleurs et bricoleuses qui leurs trouvent tout un tas d’usages des plus pratiques aux plus délirants. Ce sont des objets très versatiles auxquels tu trouveras définitivement une utilisation.

Même si j’apprécie un bon DIY de temps en temps, aujourd’hui je vais surtout te parler de l’intérêt esthétique, écologique et économique de ces bocaux et te donner quelques astuces !

Tout d’abord, j’aimerais t’encourager à chiner tes bocaux. En effet, neufs ils sont plutôt chers, et en plus acheter neuf implique une utilisation de ressources considérables : matières premières, transport, suremballage... Pourquoi acheter neuf ce que l’on peut trouver d’occasion en état tout à fait correct voire excellent et, en plus, près de chez soi ? C’est la base.

Acheter des bocaux d’occasion c’est donc d’ores et déjà économique et écologique. Ils sont d’autant plus écologiques que le verre est recyclable à l’infini ! Et d’autant plus économiques que l’emballage représente 15% du prix final du produit ! Perso je ne mange pas l’emballage donc je préfère qu’il ne me coûte rien !

En revanche, qu’en est-il des joints en caoutchouc ? J’ai écrit à la marque Le Parfait et «malheureusement nos rondelles ne sont pas recyclables. Elles sont faites en caoutchouc naturel». Dommage… Est-ce que quelqu’un connaît une alternative ?

Dans mon cas j’utilise les bocaux pour le stockage de la quasi totalité de mes aliments, surtout ceux qui, potentiellement, vont rester longtemps dans mon placard. Et je fais particulièrement attention à ceux-là ! En effet il m’arrivait de remplir des pots de confiture ou d’olives vides avec de la semoule, de la chapelure, des petites choses que je tardais à consommer. A chaque fois, pas de bol : des mites ! Alors là autant te dire que quand tu découvres que ta nourriture respire, toi tu as envie de vomir ! Ça c’est vraiment le genre d’animal de compagnie dont je me sépare avec plaisir… Avec les bocaux à joints de caoutchouc là il n’y a en principe aucun risque, le contenant est fermé de manière hermétique. Ouf, quand tu te seras décidé(e) dans cinq ans à manger ces lentilles corail elles seront encore saines !

J’utilise également les bocaux pour faire quelques achats en vrac. Je me limite un peu pour le moment et privilégie surtout les emballages recyclables pour une toute bête question de budget. Je ne peux pas payer mon flocon d’avoine 4 à 5 fois plus cher que celui que j’achète emballé, surtout vu la quantité que j’avale toute l’année. Par contre j’aime particulièrement acheter en vrac mon Rapadura, mes noix de cajou etc. Et là les bocaux c’est top ! Je l’emporte, je le remplis et je n’ai pas de mauvaises surprises en arrivant. Pas comme la fois où j’avais acheté en vrac des graines de chia. Pouf au pif je remplis mon sac à vrac et en rentrant… ah bah en fait ça rentre pas dans mon pot, faut que j’en trouve un deuxième, un troisième… Aïe ! Là au moins tu achètes pile ce dont tu as besoin ou pile combien tu souhaites stocker.

Alors oui l’utilisation de bocaux a tout de même quelques inconvénients… et encore… Tout ce que je pourrais trouver à dire c’est qu’ils sont lourds et potentiellement fragiles si tu les laisses tomber d’un mètre de haut. Ils sont également plus encombrants, et enfin, si vraiment tu tiens à les acheter neufs, ils sont chers !

Du coup, vraiment j’insiste encore. Avant de craquer et de casser ta tirelire pour quelques bocaux je te conseille de regarder de temps en temps sur Leboncoin, chez Emmaüs, dans les vide greniers. Perso je cherche les annonces où ils sont vendus en lot, c’est souvent avantageux. Récemment j’en ai acheté plus de trente, dont vingt-huit qui faisaient 1L, et deux qui faisaient 1,5L, et le monsieur me les a vendus 20€. Ils étaient propres, pas d’étiquettes et très peu de rouille. En magasin, pour six bocaux de 1L tu te retrouves déjà proche des 15€. Sauf que c’est pas six bocaux dont tu as besoin mais facile trente, quarante, cinquante !

Maintenant que je t’ai convaincu(e) qu’il te fallait des bocaux, et des bocaux d’occasion, voici mes conseils pour les nettoyer et quelques photos pour t’inspirer.

Première étape

Tu choisis de la bonne musique et tu fais de la place dans ta cuisine.

Deuxième étape

Tu laves à l’eau chaude et au savon tes bocaux. La plupart des gens les passent au lave-vaisselle. Moi j’en avais trop, j’ai préféré le faire à la main en chantant à tue-tête et en remuant mes fesses ! Et puis plus sérieusement, ça me rassurait aussi un peu de passer moi-même sur chaque rebord du pot, histoire d’être sûre que c’était propre.

J’ai utilisé des paillettes de savon que j’ai mises dans de l’eau chaude, une brosse en bois et poils naturels, un goupillon et une éponge inox pour la rouille, les tâches difficiles ou les étiquettes.

Potentielles étapes supplémentaires

Je n’en ai finalement pas eu besoin mais j’avais prévu de trier après mon premier lavage les pots qui étaient encore trop rouillés et trop sales. J’avais prévu de les faire tremper dans de l’eau chaude avec du vinaigre avant de leur passer un bon coup d’éponge en inox. J’ai aussi lu que c’était une bonne idée de les faire tremper dans du gros sel puis de rajouter du citron ! J’aurais bien eu envie d’essayer cette technique mais pas de bol mes bocaux étaient en trop bon état !

Si l’eau savonneuse et chaude accompagnée par l’éponge en inox ne sont pas venues à bout des étiquettes, perso je les badigeonne d’huile et je frotte. Là c’est radical. Par contre après il faut bien relaver pour dégraisser !

Niveau odeur, là encore pas de problème, mes bocaux ne sentaient rien du tout. En revanche si tu trouves que les tiens sentent mauvais, je te recommande de les remplir d’eau et de bicarbonate de soude. Tu secoues bien fort et puis tu laisses poser le plus longtemps possible. En général c’est suffisant. Je sais aussi que des fois les gens les placent, vides, au congélateur. Là par contre j’ai pas testé !

Enfin si vraiment tu flippes, tu peux stériliser tes bocaux en les faisant bouillir un quart d’heure.

Dernière étape

Tu vides tous tes placards ! Tu en profites pour trier, nettoyer l’intérieur et tu remplis tes chers bocaux ! Après ça tu t’éclates avec ton étiqueteuse et le tour est joué ! Et enfin tu en profites, tu admires ton placard tout propre, tout organisé, tout assorti… Tu le prends en photo, tu te vantes en envoyant les photos à ta mère, à tes potes, sur les réseaux sociaux…

Alors si ça y est tu t’y mets, pense à me tagger dans ta photo pour m’en mettre plein la vue !  #qdesac